fbpx

Clyde Chabot

rechercher

X

La metteure en scène Clyde Chabot a accompagné le travail de plusieurs élèves de l’Académie Charles-Dullin. Elle raconte son expérience de tutrice pour nos formations.

Académie Charles-Dullin : Pourquoi avez-vous accepté d’être tuteur de notre formation en ligne ?

Clyde Chabot : La transmission a une place importante dans mon parcours, depuis l’origine, notamment à l’Université où j’ai enseigné à partir de 1995.

Je me suis interrogée de longue date sur la formation à la mise en scène et suivi diverses formations auprès de Robert Cantarella et, dans le cadre de l’Unité Nomade de Formation à la mise en scène à l’invitation de Josyane Horville, auprès de Matthias Langhoff au Burkina Faso et Piotr Fomenko en Russie. J’ai également suivi une formation auprès de Anatoli Vassiliev.

Depuis 10 ans, je développe les «  Permutations  ». La transmission et l’échange sont au cœur de ces laboratoires. Des artistes de différentes disciplines se mettent au service les uns des autres selon un partage égalitaire du temps, dans une relation de bienveillance.

L’Académie Charles Dullin associe cours théoriques et exercices pratiques et propose des relations entre professionnels et jeunes artistes ou amateurs fondées sur l’autonomie et le respect tout en favorisant la mise en réseau des élèves. En cela, elle renouvelle les contours d’une formation aux arts du théâtre à l’heure du web. Cette initiative me paraît exemplaire par son professionnalisme et son ouverture démocratique à tous, ici et là, en France et à l’étranger.

C’est donc tout naturellement que j’ai répondu positivement à l’invitation de Claire David.

A.C.D. : Dans les tutorats effectués, qu’avez-vous transmis ? 

C.C. : Au cours de leur formation à l’Académie Charles Dullin, les élèves sont invités à être des acteurs autonomes, en lien avec leur tuteur.

Aussi, je demande à chaque élève de présenter son parcours et son projet : son rêve de théâtre, sa recherche dans cette formation, ses besoins, ses perspectives, les étapes à franchir pour parvenir à atteindre ses objectifs, … Par mes questions, j’aide chacun à formuler lui-même cela et à définir sa propre méthode de travail, adaptée à sa personnalité et son projet artistique.

Je suis à l’écoute des sensibilités de chacun pour apporter des éclairages personnalisés aux élèves. A l’issue de la formation, je les invite à mesurer le chemin qu’ils ont parcouru. Mes retours sur leurs exercices sont formulés dans une dynamique positive dans le cadre d’un moment d’échange qui se veut constructif. Je réponds également à leurs questions et leur faire part de mon expérience. Je peux aussi leur transmettre des pistes et contacts pour le montage de leurs projets. Ainsi, une élève que j’ai tutorée en juillet 2020 prend part à l’édition 2020 des Rencontres professionnelles Scènes sur Seine, parmi 45 autres compagnies. Chacune fera découvrir son projet à des professionnels au Vent Se Lève en novembre et décembre prochains.

A.C.D. : La formation en ligne et les échanges avec les élèves sont-ils concluants pour avancer dans une formation à la mise en scène ? 

C.C. : Certes une rencontre web a des limites. Mais elles disparaissent au regard de ce qu’elle permet : une formation de qualité, des exercices progressifs, des rencontres et un suivi par des professionnels, quelle que soit la localisation des élèves, en France ou à l’étranger.

L’articulation entre cours théoriques, exercices pratiques et réalisations soumises aux retours des tuteurs, fonctionne étonnamment positivement. L’attention est réelle de part et d’autre entres élèves et tuteurs.


Clyde Chabot

Après un diplôme à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (service public) en 1988, Clyde Chabot obtient un Doctorat à l’Institut d’Etudes Théâtrales de Paris 3 en 1995 sur Le théâtre de l’extrême contemporain dans la société. Elle est assistante à la mise en scène de François-Michel Pesenti de 1989 à 1996. En 2000-2001, elle intègre l’Unité Nomade de formation à la mise en scène auprès de Matthias Langhoff au Burkina Faso, Piotr Fomenko à Moscou et au T.N.S. et suit l’enseignement d’Anatoli Vassiliev à l’ARTA.

Après un diplôme à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (service public) en 1988, Clyde Chabot obtient un Doctorat à l’Institut d’Etudes Théâtrales de Paris 3 en 1995 sur Le théâtre de l’extrême contemporain dans la société. Elle est assistante à la mise en scène de François-Michel Pesenti de 1989 à 1996. En 2000-2001, elle intègre l’Unité Nomade de formation à la mise en scène auprès de Matthias Langhoff au Burkina Faso, Piotr Fomenko à Moscou et au T.N.S. et suit l’enseignement d’Anatoli Vassiliev à l’ARTA.

Depuis 1992, elle crée ses spectacles au sein de La Communauté inavouable. Ses créations, nationales et internationales, sont interdisciplinaires (théâtre, musique, danse, arts plastiques opéra). Elles portent sur des textes d’auteurs contemporains (Hubert Colas, Robert Pinget, Heiner Müller, Yan Allegret…). Clyde Chabot monte aussi depuis 2005 ses textes : Comment le corps est atteint, Another Medea, Une communauté inavouable, Christophe S. (2012-15), SICILIA, TUNISIA, Ses Singularités, CHICAGO-reconstitution et Fille de militaire. Il s’agit d’œuvres processus qui se poursuivent à travers différentes éditions scéniques. Les spectateurs y occupent une position de complices, témoins ou d’acteurs.

Elle a enseigné en études théâtrales dans les Universités de Provence, Paris 3 et Bordeaux 3 de 1995 à 2002. Elle mène régulièrement des ateliers de création dans des lycées ou dans le cadre de structures sociales (maison de quartier, maison de la solidarité, hôpital, prison). Elle a été membre du comité d’experts de la DRAC Danse de 2013 à 2015. Elle a été élue au Conseil national du Syndeac de 2015 à 2019.

Prochainement…

Clyde Chabot présente prochainement l’intégrale de ses solos  : SICILIA & TUNISIA, et duos  : CHICAGO- reconstitution qu’elle joue avec sa fille & Fille de militaire avec les musiciens Thierry Madiot ou Eryck Abecassis.

Ils interrogent l’histoire des migrations, filiations et transmissions dans la famille, de la Méditerranée aux États-Unis dans des dispositifs singuliers et conviviaux. 

C’est à La Ferme du Bonheur à Nanterre (92) samedi 10 et dimanche 11 octobre avec SICILIA (19h), TUNISIA (20h15), CHICAGO-reconstitution & Fille de militaire (21h30) et avec le diptyque CHICAGO-reconstitution & Fille de militaire  : jeudi 15 et vendredi 16 octobre à 20h30.

Puis à nouveau le diptyque au Nouveau Théâtre de Montreuil – CDN (93) dans le cadre de la mise à disposition de la salle Jean-Pierre Vernant : jeudi 22 octobre à 16h et vendredi 23 octobre à 15h et au Vent se lève (75019) dans le cadre des Rencontres Scènes sur Seine.