fbpx

Guy-Pierre Couleau

rechercher

X

Guy-Pierre Couleau a accompagné le travail de plusieurs élèves de l’Académie Charles-Dullin. Il revient sur son expérience de tuteur pour nos formations. Rencontre.

Académie Charles-Dullin : Pourquoi avez-vous accepté d’être tuteur de notre formation en ligne ? 

Guy-Pierre Couleau : J’aime beaucoup la démarche de l’Académie vis-à-vis de la mise en scène. Le format « en ligne », vers les élèves, m’a plu tout de suite. C’est surtout la qualité des MOOC et des contenus qui m’a immédiatement incité à vous apporter mon concours. Les cours et les contributeurs qui les ont élaborés sont assez fantastiques et j’y ai appris des choses moi-même.

A.C.D. : Dans les tutorats que vous avez effectués, qu’avez-vous transmis et de quel ordre étaient vos échanges ? 

C’est difficile de savoir exactement ce que reçoivent les personnes avec qui j’ai dialogué dans le cadre des tutorats. Ce que je m’efforce de transmettre c’est surtout que celui ou celle qui m’écoute prenne confiance en lui ou elle. Je me mets à leur écoute, à l’écoute de leurs difficultés comme de leurs rêves et j’essaie de répondre à leurs questionnements. C’est un peu comme le tuteur d’un arbre. Il l’écoute grandir et en se tenant à ses côtés, il l’aide à grimper.

Je crois que beaucoup de choses que l’on a envie de réaliser, en art comme dans la vie, nécessitent avant toute chose une confiance en ses propres intuitions.

La mise en scène, qui est une création, procède énormément de l’intuition. Je dis bien intuition et pas inspiration. Il y a beaucoup de travail à produire lorsqu’on met en scène et ça passe aussi par des intuitions de tous les instants. L’inspiration c’est autre chose qui n’a pas nécessairement de place dans le processus d’un metteur en scène. L’intuition est plus intéressante, parce qu’elle dit que le metteur en scène se met «  à l’écoute  » de l’oeuvre, du sens de l’oeuvre. Et ainsi, dans ce chemin au coeur du sens, qui se fait petit à petit, on se laisse guider par quelque chose de secret et c’est notre intuition qui y répond.

A.C.D. : La formation en ligne et les échanges avec les élèves sont-ils concluants pour avancer dans une formation à la mise en scène ?

G.P.C : Je l’espère en tout cas. Mais je crois que tout travail théâtral demande un temps de recherche et de questionnements. C’est la condition de la qualité du travail. Il faut aussi expérimenter avant toute chose. Et ceci suppose « d’échouer et de recommencer toujours » comme peut le dire Peter Stein, le grand metteur en scène allemand.


Guy-Pierre Couleau

Comédien, auteur, metteur en scène, Guy-Pierre Couleau est également le Président du Syndicat National des Metteurs en Scène.
En 2000, il fonde sa compagnie « Des Lumières et Des Ombres », qui devient associée au Moulin du Roc, Scène Nationale de Niort puis à La Passerelle de Gap et au Théâtre d’Angoulême avant de s’installer à paris en 2019.
De 2009 à 2018, il dirige la Comédie De l’Est, Centre dramatique national d’Alsace.


Bientôt

Guy-Pierre Couleau met en scène le spectacle Appartement témoin d’après le texte Unité Modèle de Guillaume Corbeil. Retrouvez ce spectacle le 5 juin 2020  au Théâtre Gascogne à Mont-de-Marsan, puis du 3 au 26 juillet 2020 au Théâtre des Halles d’Avignon, durant le festival d’Avignon.