fbpx

Retours d’expérience

rechercher

X

Retours d’expérience : une journée au TNP

Répétitions au TNP Villeurbanne d’Hippolyte de Garnier & de Phèdre de Racine, mis en scène par Christian Schiaretti
– stage réalisé le 29.10.2019)

Le regard d’Annabelle

Annabelle est comédienne, metteure en scène & professeure de Lettres. Elle a suivi la presque totalité des MOOC de l’Académie Charles-Dullin et est certifiée du MOOC « Lire le théâtre ».

Aujourd’hui, elle s’engage pleinement dans la vie théâtrale pour se consacrer uniquement à ses projets théâtraux, faire grandir sa compagnie (Cie Per Umbram) et continuer d’accompagner les adolescents par une pédagogie personnalisée qui fera la part belle à la médiation théâtrale.
Prochainement elle va travailler sur un projet de la Cie Relativement, Les mots dits de Yann Jadeau.

À propos de la journée au TNP : C’était une expérience particulièrement intéressante, riche et « émouvante » d’avoir d’abord pu entrer dans l’intimité d’une création qui n’est pas la sienne… et d’avoir ensuite adopté la place de spectatrice d’une des représentations de ce spectacle.

Dans l’intimité d’une création, déroulé de la journée

Sarah Sourp nous a d’abord accueillis dans son bureau où nous avons pu échanger sur nos expériences respectives. Sarah nous a montré des dessins des costumes d’Hippolyte et de Phèdre et notamment l’évolution du costume de Phèdre dans Hippolyte (costumes d’époque d’écriture).
Nous avons ensuite assisté à une répétition de Phèdre le matin puis à une répétition d’Hippolyte (en costumes) l’après-midi.

Nous avons pu aussi observer une partie des essais techniques autour du tampon mis en place pour représenter l’entrée et la sortie des Enfers. Nous avons également eu l’occasion d’échanger avec Colin Rey sur son travail d’assistant à la mise en scène et sur la façon de travailler de Christian Schiaretti. Et nous avons terminé la journée par une visite guidée du TNP.

Qu’avez-vous pu observer de la manière de travailler de Christian Schiaretti ?

à noter que ces observations sont faites à partir d’une seule et unique journée d’observation, et des informations données par Colin Rey
Dans sa direction, Christian Schiaretti interrompt assez régulièrement les artistes et les techniciens pour repréciser les choses.
Une dizaine de jours de travail à la table a eu lieu en début de création. Christian Schiaretti intervient relativement souvent en revenant surtout sur le sens du texte. Pour citer les termes de Colin Rey, il établit un « dialogue permanent avec les acteurs » dans lequel il « réénonce à chaque fois le projet dramaturgique », il « ouvre puis affine ».
Il se place à proximité des comédiens et ne s’en éloigne que vers la fin de la création.

D’après ce que j’ai pu voir, il semble qu’il ne soit pas dans la monstration ni même dans les conseils pratiques et que ce soit aux comédiens de trouver le chemin.
Ce qui m’a particulièrement interpellée est le travail sur le volume des voix mené en lien avec le rapport qui existe entre les personnages ainsi que le travail sur le degré de proximité physique avec le public en lien avec la situation qui est en train de se jouer.
J’ai également été très intéressée par le travail avec les Chœurs : les acteurs devaient faire en sorte d’être tous avant-scène face public mais en « cassant » ce que Christian Schiaretti a appelé « l’instinct de la ligne ».

Et parallèlement les comédiens devaient « casser les rimes »… Le résultat s’inscrivait tout à fait dans une esthétique dialectique de l’apollinien et du dionysiaque.
J’aimerais conclure avec cette phrase de Christian Schiaretti adressé à l’un des acteurs car elle me parle tout particulièrement : « Laisse chaque vers exister. Et après on verra. »

Vous avez suivi la quasi totalité de nos Mooc. Comment, le fait de voir un metteur en scène au travail, vous a permis d’enrichir ce que vous avez appris dans le Mooc ? Et dans quelle mesure cela ajoute à votre regard de metteur en scène ?

Le fait de voir Christian Schiaretti et son équipe au travail m’a permis de nourrir encore davantage certains questionnements et réflexions essentiels évoqués dans les MOOC autour de la direction d’acteurs, des choix dramaturgiques et des choix scénographiques.
En outre, à l’issue des répétitions, Sarah Sourp nous a fait visiter le TNP en intégrant à cette visite beaucoup d’éléments historiques, notamment à partir de l’observation des affiches. Cela m’a permis de prolonger la partie du MOOC « Mettre en scène est un métier » évoquant les débuts du Théâtre National Populaire.

De plus, ce qui ajoute à mon regard de metteure en scène concerne plus particulièrement tout ce qui touche à la mise en espace et à la scénographie (langage spécifique, vide et plein…).